Voici une thématique qui nous aura fait débattre : entre ferventes lectrices de ce type d’ouvrages et celles pour qui cela n’aura eu aucun intérêt…

Bref voici la liste de nos titres lus sur ce sujet :

  1. Conquérant de l’impossible de Mike Horn  (Clotilde)
  2. Libre de Mike Horn (Clotilde)
  3. Expedition 196 de Cassie De Pecol (Clotilde)
  4. Le monde en stop de Ludovic Hubler (Clotilde)
  5. L’axe du loup de Sylvain Tesson (Muriel)
    • Commentaire de Muriel :  Sylvain TESSON a entrepris un voyage de la Sibérie jusqu’au golf du Bengale en Inde, en mémoire de Slavomir Rawicz, officier polonais déporté dans un goulag sibérien pendant la seconde guerre mondiale. Rawicz s’est évadé avec quelques autre prisonniers et a réalisé ce même périple qu’il raconte dans un livre (« A marche forcée » publié en 1956). Sylvain TESSON a été fort marqué par ce récit dont l’authenticité avait cependant été remise en cause en son temps. Sylvain TESSON voyage à pied, à cheval et à vélo « by fair means »comme il le dit, de la manière la plus authentique possible. En 8 mois, il passe par le lac Baïkal, la Bouriatie, la Mongolie, le désert de Gobi, le Tibet et l’Himalaya, pour arriver en Inde. J’ai adoré son bouquin qui met l’accent sur les nombreuses rencontres qu’il fait en chemin plus que sur l’exploit sportif ou d’aventure.Il décrit fort bien les paysages et son écriture est empreinte à certains moments de poésie et de réflexions personnelles sur l’homme et son rapport à la nature.
  6. A marche forcée de Slavomir Rawicz
    • Commentaire de Natacha : Hiver 1941 : un petit groupe de prisonniers décide de s’évader d’un camp en Sibérie. Ils vont parcourir ensemble plus de 10 000 kilomètres en près d’un an à travers la toundra, traversant les plaines de Mongolie, les fournaises du désert de Gobi, les sommets de l’Himalaya jusqu’à la Grande Muraille de Chine, dans des conditions extrêmement difficiles:  Souvent affamés, assoiffés, sans vêtements convenables et potentiellement la cible des locaux qui touchent l’équivalent d’un an de salaire pour la capture d’un fugitif, certains n’y survivront pas. J’ai été complètement happée par le récit et bouleversée par la détermination montrée par ces hommes et leurs prouesses. Mais en refermant le livre, j’ai été prise d’un doute: est-ce vraiment possible de faire un tel trajet dans de telles conditions?
  7. Ebène de Richard Kapuchinski
    • Commentaire de Natacha : Ryszard Kapuscinski, correspondant pour une agence de presse polonaise, a sillonné l’Afrique pendant de nombreuses années.
      Il en a tiré ce livre à mi chemin entre le récit de voyage et le documentaire, mêlant la petite et la grande histoire. Au fil des chapitres l’auteur alterne le récit de ses aventures personnelles avec ses observations sur les us et coutumes des pays visités, le récit d’évènement politique qu’il a couvert comme journaliste, et l’analyse de différents conflits qui ont secoué ou continuent de secouer l’Afrique (Rwanda, Somalie, Soudan etc).
      Un livre passionnant qui offre un éclairage unique sur l’Afrique.
  8. Moeurs et sexualité en Océanie de Margaret Mead
    • Commentaire de Sabine : Une bible de l’ethnologie, cette discipline des sciences humaines qui étudie les sociétés primitives. C’est une étude à l’époque révolutionnaire et très fortement remise en question car réalisée par une femme. Margaret Mead s’est imposée par la suite comme l’un des plus grands spécialistes et professeurs de cette matière. C’est dire comme son enseignement est précieux ! Ce qui m’a énormément intéressé dans ce livre, c’est l’impact de l’environnement sur le fonctionnement des sociétés. Il y a aussi une grande curiosité de découvrir ces sociétés, comment elles se sont organisées. Mais le style est très studieux, c’est plutôt très très long et donc quand même assez fastidieux, même quand on a soif d’explorer ;-).
  9. Latitude Zéro de Mike Horn
    • Commentaire de Lise : Un vrai défi physique certes, mais qui ne m’a pas convaincue. Mike Horn, aventurier, baroudeur, en quête d’exploit personnel plus que de rencontres humaines, s’embarque (puisque son périple démarre en bateau depuis le Gabon) pour 40.000 km, le tour de la Terre, en suivant l’équateur. J’ai suivi son parcours sans ressentir ni émotion ni frisson, le tout étant beaucoup trop descriptif et factuel. C’est une aventure d’enfant gâté, sponsorisé, qui quoi qu’il entreprenne, réussit (on doute qu’il en doute !), malgré les nombreux écueils mentionnés régulièrement, qu’ils soient physiques, géographiques ou administratifs. Je ne suis décidément pas un bon public pour ce genre de lecture… De son bateau conçu spécialement, à son sac à dos sur mesure, des rendez-vous réguliers avec le reste de l’équipe, disponible en cas de pépin pour lui permettre de poursuivre SA route, je suis restée de marbre face à ce qui, effectivement, relève de l’exploit, mais trop peu ‘humain’ pour moi.
  10. Dans les fôrets de Sibérie de Sylvain Tesson (Claire-Aude)
  11. En avant route d’Alix de Saint André (Claire-Aude)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Google photo

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s