1 – Le Domaine des murmures de Carole Martinez

domaine des murmuresJ’ai adoré ce roman dont l’histoire se déroule au Moyen-âge. Le jour de son mariage, la jeune Esclarmonde refuse de dire « oui » à son futur époux, choisi par son père, le châtelain du domaine des Murmures. La jeune fille veut consacrer sa vie à Dieu et demande à être emmurée dans une cellule attenante à la chapelle du château. Son père, outré par ce refus jugé scandaleux, va néanmoins accéder à sa demande. La veille de son enfermement, elle se fait violer… Elle aura, sa vie durant, pour seule ouverture sur le monde une fenestrelle à barreaux. Depuis sa cellule, elle deviendra une figure incontournable du Domaine et jouira d’une influence certaine sur la vie d’autrui.

Carole Martinez a une imagination féconde et écrit de manière très poétique. Elle décrit avec beaucoup de finesse et de puissance émotionnelle les pensées et sentiments de la jeune Esclarmonde et de son entourage.

 

2 – La femme qui fuit d’Anaïs Barbeau-Lavalette

femme qui fuitAnaïs Barbeau-Lavalette n’a pratiquement pas connu sa grand-mère maternelle, Suzanne Barbeau qui, en 1952, a abandonné définitivement son mari et ses deux enfants en bas âge. Suzanne était poète et peintre canadienne et faisait partie d’un groupe d’artistes bohèmes épris de liberté, « les automatistes québécois ». Elle ne supportait plus l’amour exclusif, ni l’asservissement au devoir familial. Elle avait soif de liberté et rêvait d’aventures et d’amours nouvelles. Pour comprendre son histoire familiale, l’auteure a engagé un détective privé et a remonté le fil de la vie de cette grand-mère révoltée et révoltante. J’ai été très touchée par la puissance de cette histoire vraie, par la personnalité hors du commun de Suzanne Barbeau et par la démarche de l’auteure qui offre ce livre comme un cadeau à propre mère.

 

 

3 – L’île des oubliés de Victoria Hislop

l'ile des oubliésAlexis, une jeune Anglaise diplômée d’archéologie choisit de se rendre à Plaka en Crête, village d’origine de sa mère. Alexis ignore tout de l’histoire de sa famille maternelle que sa mère n’évoque jamais.  Sa mère, énigmatique et froide, ne lui a jamais parlé de sa jeunesse ni même de ses parents. Sur place, Alexis va découvrir son histoire familiale intimement liée à l’île de Spinalonga faisant face à Plaka. Sur cette île, une colonie de lépreux a vécu de 1903 à 1957. Son arrière-grand-mère maternelle ayant contracté la lèpre, a dû y vivre – et périr -, en abandonnant son mari et ses deux filles à leur destin. Alexis va lever le voile sur la déchirante destinée de ses aïeules. Une fois commencé, impossible de lâcher ce roman. Bien que l’histoire soit inventée, le contexte spatio-temporel a effectivement existé. Les personnages sont attachants et l’histoire prenante. La description des conditions de vie des lépreux, la manière dont ils vivaient cette exclusion totale et avaient reconstitué entre eux une nouvelle société en tentant de garder leur dignité humaine m’a beaucoup touchée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s