Une visite vivement recommandée par l’une de nos happy women, passionnée de visites culturelles :

Entre deux noms d’oiseaux ou injures (Baudelaire ayant détesté son passage bruxellois), l’exposition convie le visiteur à la découverte de la capitale belge des années 1860. Cette Bruxelles de la fin du règne de Léopold Ier, de la Senne, du savon noir et des premières photographies. Tempérant la vision noire du poète, des amis ou contemporains de Baudelaire, complètent le portrait de la ville – Nadar, Victor Hugo, les frères Stevens, Camille Lemonnier, Georges Barral.
Les œuvres exposées sont principalement tirées des collections de la Ville de Bruxelles, que ce soit celles des Musées ou des Archives. Une plongée inédite dans des œuvres méconnues du 19e siècle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s