Voici nos livres conseillés sur la thématique des écrivains américains:

  1. The scarlet letter by Nathaniel Hawthorne (Florence)
    • Commentaire : L’histoire se passe à l’époque de l’arrivée des premiers colons sur le continent américain. La description de cette société extrêmement puritaine est très impressionnante.

  2. The Great Gatsby by F.Scott Fitzgerald (Florence & Marie)
    • Commentaire Florence : La mélancolie du personnage le rend particulièrement attachant.
    • Commentaire de Marie : C’est une histoire d’amour à sens unique sur fond de différences sociales. Gatsby est un nouveau riche pendant les années folles. Il organise de nombreuses fêtes chez lui. Il n’a qu’une ambition: séduire Daisy qu’il a connue pendant son enfance. Il s’installe donc à côté de chez elle. C’est un peu une satire de la bourgeoisie qui regarde Gatsby de haut tout en profitant totalement de sa générosité! Même en invitant chaque week-end toute la riche bourgeoisie de la ville, il n’a finalement qu’un seul ami. Daisy est déjà mariée. Son mari ne l’aime pas, elle non plus. Daisy n’aime qu’elle-même. Le mari de Daisy entretient une liaison avec la femme d’un garagiste mais il tue par accident sa maîtresse. Le garagiste fou de douleur est persuadé que c’est Gatsby qui a tué sa femme et il le tue à son tour. A la fin du livre, on se dit tout ça pour ça! Que la vie peut-être cruelle!
  3. Je suis Pilgrim de Terry Hayes (Claire-Aude)
    • Commentaire : Quel est le point commun entre un ancien espion planqué à Paris et une femme assassinée le 11 septembre 2001 au moment des attentats? On voyage beaucoup, les descriptions sont extrêmement fidèles. C’est bluffant et très instructif.

  4. Quand l’empereur était un dieu de Julie Otsuka (Clotilde)
    • Commentaire : Julie Otsuka est une américaine d’origine japonaise. Elle signe un livre subtil qui lève le voile sur une page cachée de l’histoire américaine : l’enfermement des américains d’origine japonaise après l’attaque de Pearl Harbor dans des camps de baraquements. Le rythme est très calme, très posé. Différents points de vue sont abordés successivement. C’est très intéressant.
  5. Crime de Mayer Levin (Natacha)
    • Commentaire : C’est l’histoire vraie d’un crime d’enfant qui eu lieu dans les années 1920. L’écrivain journaliste fut particulièrement touché par ce fait divers car il connaissait l’un des assassins. Il s’agissait de 2 jeunes hommes riches, éduqués qui décidèrent de réaliser un crime parfait. Ce livre m’a tellement touché que je l’ai offert en 4 ou 5 exemplaires.

  6. On the road by Jack Kerouac (Catherine)
    • Commentaire : Classique américain pas aussi facile à lire qu’il n’y parait. Il écrit comme il parle (genre littéraire du stream of consciousness). C’est drôle, un peu pathétique. C’est le classique de la beat generation.

  7. Breakfast at Tiffany’s by Truman Capote (Sophia)
    • Commentaire : C’est l’histoire d’une jeune fille qui rêve de faire un beau mariage. Elle se retrouve mêlée à une sorte de trafic illégal de drogue et disparaît. Que lui est-il arrivé? C’est ce que le héros essaie de comprendre en se lançant à sa recherche. Les descriptions sont très précises et détaillées. C’est un peu old fashion mais une fois dedans, c’est un bon livre.
      Attention, l’histoire du livre de Capote n’a absolument rien à voir avec le film réalisé par Blake Edwards avec la belle Audrey Hepburn.

  8. Les raisins de la colère de John Steinbeck (Sabine)
    • Commentaire : John Steinbeck écrit ce roman en 1939, dix ans après le Black Thursday. C’est l’histoire d’une famille qui fuit la famine après que leur ferme ait été saisie par la banque. Comme des milliers d’autres familles de fermiers américains, ils prennent la route vers la Californie où poussent les oranges toute l’année. L’écriture de Steinbeck est détaillée, les personnages sont attachants. C’est dur mais on y croit, ils vont y arriver, c’est un calvaire nécessaire… Pas de lutte des classes à la Zola, juste l’humain dans la difficulté.

  9. La mère de Pearl Buck (Sabine)
    • Commentaire : Une écriture tellement classique que j’ai longtemps cru que Pearl Buck était anglaise… C’est l’histoire d’une paysanne chinoise à l’époque de la révolution culturelle de Mao. Un drame écrit avec plein de dignité. Cette mère courage est attachante, je ne l’ai jamais oubliée, alors que j’ai lu ce livre à l’époque de mon adolescence.

  10. Le vieil homme et la mer d’Ernest Hemingway (Sabine)
    • Commentaire : Magnifique roman sur le combat d’un homme face aux forces de la nature. Ernest Hemingway possédait un talent inoui pour décrire la nature humaine! Ce livre est une si belle leçon de courage, de persévérance et d’humilité. J’ai adoré!

  11. La tache de Philip Roth (Sabine)
    • Commentaire : Le roman de la vie d’un enfant noir au teint clair devenu un adulte blanc à l’époque de la ségragation afin d’accéder à l’éducation. Il réussit sa vie en reniant ses origines. Sera-t-il rattrapé par son secret?

  12. Croc-Blanc de Jack London (Sabine)
    • Commentaire : Sans aucun doute l’un des tout premiers romans sue j’ai lu qui m’a marqué à vie! C’est l’histoire d’un loup qui deviendra domestique et passera de maître en maître. L’écriture est magnifique. Jack London est un conteur dont les portraits comme les paysages sont extrêmement justes et bien décrits. C’est touchant et enrichissant. A conseiller aux enfants/pré-ados.

  13. Tombouctou de Paul Auster (Lise)
    • Commentaire : Tombouctou, ou les tribulations de Mr Bones à Baltimore, un chien qui cherche un nouveau maître après la mort de son clochard de propriétaire. Vous ne verrez plus la gent canine de la même façon !

  14. Par le vent pleuré de Ron Rash (Cécile)
    • Commentaire : 1969 dans l’Amérique profonde. C’est la rencontre entre 2 frères à l’éducation traditionnelle et une jeune fille hippie. La jeune fille disparait, l’intrigue commence. L’histoire se lit en flashback.

  15. I know why the cage birds sings by Maya Angelou (Barbara)
    • Commentaire : Ce roman classique du genre littéraire « coming of age » (roman initiatique), raconte comment une femme noire au sud des Etats-Unis surmonte racisme et autres obstacles par la force de la volonté et l’amour pour la littérature. C’est un grand classique car toutes les femmes, indépendamment de la couleur de leur peau, peuvent se reconnaitre dans cette découverte de soi-même. Maya Angelou est la première auteure afro-américaine. Elle livre ici son autobiographie. Ce titre est le premier d’une série de sept volumes.

  16. Luckiest girl alive by Jessica Knoll (Juliette) (Titre version française : American girl)
    • Commentaire : Une jeune femme vit le rêve américain à New-York lorsqu’elle est rattrapée par son passé. Au fil de l’histoire son traumastime refait surface et fait voler en éclat le bonheur qu’elle croyait avoir atteint.

  17. Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee (Laure)
    • Commentaire : Un avocat élève seul son fils et sa fille dans le sud des Etats-Unis. Modèle de droiture dans sa communauté, le voilà pris à parti lorsqu’il est commis d’office pour défendre un accusé noir. L’histoire, racontée du point de vue de la fillette et donc de façon assez naïve et douce, soulève néanmoins avec  justesse la grave question du racisme exacerbé dans le sud des Etats-Unis.

  18. La couleur des sentiments de Kathryn Stockett (Geneviève)
    • Commentaire : Intrigue très locale située dans une petite ville du sud des Etats-Unis à l’époque de la ségrégation. Un mystérieux auteur écrit un livre qui dénonce les mauvais traitements que subissent les servantes noires, infligés par leurs employeurs blancs. C’est très bien écrit, très touchant et presque rigolo si tout cela était inventé. Malheureusement, c’est bien la réalité de la condition noire dans le sud des Etats-Unis qui est racontée avec beaucoup finesse dans ce roman.

  19. L’affaire Caravaggio de Daniel Silva (Muriel)
    • Commentaire : Une enquête qui nous mène en Italie, en France, en Corse, en Israel, en Suisse… Histoire d’espionnage liée au monde de l’art sur un fond d’actualité, de guerre en Syrie et réseaux à l’échelle mondiale. C’est très dynamique, il y a beaucoup de dialogues, les descriptions semblent très fidèles à la réalité. Cela se lit très facilement !

  20. Carthage by Joyce Carol Oates (Alice)
    • Commentaire : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s